Nous sommes en Malaisie, Asie du sud-est. On y trouve les plus grandes grottes du monde. Nous descendons avec un petit groupe d’une quarantaine d’enfants de CM1 vers le fond de la grotte de Gua Charras, près de Kuantan, une ville de la côte est. C’est une des plus grandes grottes du monde, utilisée depuis des siècles comme refuge et sanctuaire bouddhiste. On prend garde à ne pas glisser sur les roches humides et les commentaires vont bon train, emplissant cette caverne haute comme une cathédrale des échos de voix d’enfants. Bientôt le groupe atteint le fond, à des centaines de mètres sous la terre où une immense voute abrite un autel habité de statues de bouddha et enveloppé de fumée d’encens. L’animatrice explique qu’une raie de lumière vient chaque jour sur l’autel, éclairant un des bouddhas. Vient alors le moment de faire l’expérience du silence. On demande à chacun d’éteindre sa lampe et de ne plus faire un seul bruit. Pas facile pour tous ces enfants très excités par la marche et toutes ces aventures ! Pourtant, dans la pénombre, bientôt le mystère du silence prend sa place. Certains ferment les yeux pour s’isoler encore plus et forcer l’attention.

Mais le silence n’est pas vraiment le silence. Tandis que les voix d’enfants se taisent, d’autres naissent et ce sont celles de la Terre. Le goutte à goutte qui façonne au fil des millénaires les stalactites que les lampes ont éclairées en chemin, les grincements de roues de bicyclette, qui ne sont autres que les cris des chauve-souris, d’autres bruits étranges et inexpliqués, des craquements, la roche peut-être, ou le grattement de quelque bête qui cherche abri dans ce lieu insolite. Les gargouillis des entrailles de la Terre, notre planète vivante! L’expérience est presque mystique, la présence des bouddhas y contribue sans doute. Lorsqu’on rallume les torches, les enfants reviennent à eux, éblouis comme après un long sommeil et les commentaires reprennent vite. Ils ont entendu la terre vivre, c’est un moment de plus en plus rare.

Méditer dans la nature est une activité que les enfants aiment. Ils se prêtent volontiers au jeu du silence. C’est devenu à la mode aux États-Unis, avec le mouvement de “Mindfulness” et dans bien des écoles on pratique des moments de retour au calme, de méditation, de concentration à l’écoute de soi, de son souffle, pour le plus grand bien des élèves.

Ecouter la nature est devenu un luxe. Beaucoup d’enfants n’y ont jamais droit car ils en sont trop éloignés. Comme le dirait Pierre Rabhi, ils vivent dans des boîtes, loin de la campagne. Récemment, un reportage d’Envoyé Spécial, l’émission d’Élise Lucet présentait un spécialiste des sons de la nature. Equipé de micros très sensibles, il passe des heures à écouter et enregistrer la nature. Les chant d’oiseaux, les coassements des grenouilles ou les chants des insectes. Le constat est inquiétant. La pollution sonore des hommes est de plus en plus présente, les espaces que l’homme laisse aux animaux sauvages se réduisent comme une peau de chagrin. Il devient difficile d’écouter la nature sans les interférences des hommes : avions, proximité d’une route, d’une voie ferrée, d’une ville…

La Ferme de L’Academy, pourtant en pleine campagne, ne déroge pas à la règle. Le vent apporte parfois le ronronnement de l’autoroute qui trace vers la Suisse et, plus rarement, un avion ou un hélicoptère survole notre espace rural. On ne peut pas non plus blâmer les agriculteurs de profiter des beaux jours pour sortir leur tracteur. Pourtant, les enfants que nous accueillerons dans les camps d’été feront certainement l’expérience : prendre une position confortable, fermer les yeux et écouter le silence… Alors ils pourront savourer la musique de la campagne, les notes aigües des oiseaux qui peuplent nos haies, le vrombissement d’un bourdon chargé de pollen, le souffle du vent dans les feuilles…

Quand on leur en donne la possibilité, les enfants ouvrent volontiers leurs oreilles à la nature. Il est important de leur apprendre à faire la différence entre «entendre» et «écouter», deux verbes que l’on a tendance à confondre !

 

 Lien vers l’émission Envoyé Spécial:

https://www.francetvinfo.fr/animaux/especes-menacees/video-quand-nos-animaux-disparaissent_2732099.html


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *