Photo : grand événement à L’Academy en ce 31 mars: on sème les premières graines! Allez jusqu’au bout de l’article pour comprendre le sens profond de l’acte de semer…

Le printemps livre son lot de nouveaux magazines dans les kiosques. Parcourir leurs couvertures apporte plus de questions sur le monde d’aujourd’hui et de demain que de réponses, mais cela permet aussi de prendre la température du moment, de sentir l’air du temps. Florilège :

Face à l’Intelligence Artificielle (I.A.), comment sauver l’intelligence naturelle ? (Philosophie magazine)

La fin de la globalisation ? (Harvard Business review)

Qu’est-ce qu’un héros ? (L’OBS) – après la mort du lieutenant-colonel de gendarmerie récemment victime d’un acte terroriste.

L’Occident est-il fichu ? (L’express)

Comment sauver le patrimoine français ? (Le point)

Où en sont les hommes après #MeToo ? (Psychologies magazine)

 

Un rayon plus loin, des mensuels tentent d’apporter des réponses au stress éventuel créé par la lecture des premiers titres :

Le bonheur est parfois caché dans l’inconnu (Flow)

Donner du sens à sa vie (Happinez)

Vivre au quotidien avec l’I.A. (SciencesPsy)

Réenchanter sa vie (Open Mind)

Créer du temps pour soi (Respire)

Au rayon livres, on trouve d’autres réponses avec le best seller de Christophe André, La vie intérieure « En chacun de nous, il y a un univers » ou Le Miracle Spinoza de Frédéric Lenoir.

La liste est encore longue… On pourrait ajouter le numéro spécial de Science et Vie, sur la pensée de Stephen Hawkins, le physicien réputé pour son exploration aux origines de l’univers, ou encore la couverture de Kaizen qui consacre un numéro spécial à Pierre Rabhi. On peut ajouter cette semaine le rapport livré par notre député-mathématicien Cédric Villani et dont les médias se sont fait l’écho. Devenu la boussole du gouvernement pour tous ces sujets complexes, il réfléchit pour nous, simples mortels dépassés par ces équations trop complexes ! Le résultat de ses recherches débouche sur un investissement massif dans les I.A. pour ne pas se laisser distancer par d’autres pays…

 

Pour l’éducateur d’aujourd’hui, le printemps des idées est d’une extrême richesse. Ces quelques titres de début avril, un petit échantillon seulement, fournissent déjà à eux seuls un bon choix de sujets pour le bac philo ! Mais on songe aussi aux enfants et au monde dans lequel ils vivront. Comment leur donner des repères ? Comment enrichir leur vocabulaire de nouveaux termes comme « GAFA », « I.A. », « Deep Learning » ou plus récemment « Fake news » ? Comment leur expliquer ce qui nous arrive et que nous ne comprenons pas toujours nous-mêmes ? Comment les préparer à un monde de plus en plus complexe ? Encore des questions !

Tentons donc quelques réponses, mais cette page restera ouverte et je publierai volontiers vos contributions :

L’éducation : y attacher de l’importance, ne pas se limiter aux années d’école, rester toujours un apprenant. Elle permet d’encourager ce qui suit…

Garder l’esprit critique (quand pourra-t-on programmer des Intelligence Artificielles (A.I.) pour philosopher et développer leur esprit critique ?)

Revenir aux sources : lire les grands philosophes, étudier les courant d’idées et de pensées du passé qui sont toujours actuels, plus que jamais. Pour preuve H.D. Thoreau, avec son expérience à Walden, revenu au premier plan ces derniers temps. Une nouvelle génération découvre et apprécie son livre écrit dans un autre siècle (1854) dans une cabane près d’un étang, et en fait presque une bible.

Être ouvert au monde, à sa diversité, apprendre des langues, apprécier d’autres cultures, d’autres traditions et modes de pensée.

Faire des maths et des sciences pour être acteur, pas seulement spectateur, être en mesure de comprendre par soi-même, de tenter de faire la part entre le vrai et le faux car le faux est de plus en plus présent dans le paysage médiatique.

Faire des choix sur les sources d’information, éviter de se perdre dans des réseaux de plus en plus complexes où l’inutile côtoie l’important, et le meilleur, le pire.

Maîtriser le temps car c’est un des plus beaux cadeaux de la vie. Décider de l’usage des minutes qui nous sont données chaque jour et qui ne reviendront plus, dans un monde aux réseaux chronophages, où tout semble fait pour nous faire perdre ce qui nous est le plus précieux !

Enfin, sortir de ces boîtes où l’on manque d’air, sortir de ces bulles que les GAFA nous préparent : une vie de consommateurs heureux et assistés. Défendre la liberté que l’on nous enlèvera volontiers, celle de pouvoir penser différemment, « out of the box », et ne pas laisser les autres, les vendeurs de rêves ou les robots, décider pour nous.

Retrouver ses racines, c’est-à-dire la nature.

 

Eduquer donc, transmettre ! Donner des clés ! Ouvrir des portes ! Donner des ailes pour rester libre !

Eduquer = semer des graines !

La graine semble minuscule, insignifiante et si fragile, pourtant toute une promesse de vie dans cette petite boule ronde (ici graine de choux mise en semis à L’Academy le 31 mars).


1 Comment

Muriel · 25 avril 2018 at 7 h 58 min

Bravo, Belle initiative! On viendra vous voir. Nous nous sommes rencontrés chez les Audouin. A bientot. Muriel de Grenoble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *