La journée mondiale de la classe extérieure !

À L’Academy, nous le savons, la nature est un environnement stimulant. D’où La Ferme de la Balme et ses grands espaces verts.

Le temps réglementaire passé à l’extérieur a été fixé à 60 minutes par jour pour les prisonniers. 74% de nos enfants ne bénéficient pas de cette durée. (Edelman Berland for Unilever, 2016).

Il est grand temps de réagir !

Le 12 octobre célèbre désormais la “Journée Mondiale de la Classe d’Extérieur” (outdoor classroom). Nous sommes donc ravis de voir que de nombreux organismes et milieux éducatifs ont déjà pris conscience de l’importance d’offrir aux enfants un lieu d’apprentissage sans limites, un « lieu vivant qui stimule la curiosité et cultive la joie d’apprendre », nous explique le magazine « 100 degrés* ».

Ce mode d’apprentissage n’est pas nouveau. Au Québec, voilà près de 20 ans que grâce à la « Boston Schoolyard Initiative », on transforme les cours d’école en lieux d’apprentissage. On y multiplie les garderies en plein air et les jardins pédagogiques.

Le manque de contact avec la nature, phénomène de plus en plus courant et qui touche de plus en plus d’enfants, donne des arguments à toutes ces démarches qui offrent des lieux d’apprentissages dans la nature, ou encore en “outdoor classrooms”.

Alors avis à tous les éducateurs qui nous liront: la prochaine journée sera le 17 mai 2018. Il est possible d’aller sur le site https://outdoorclassroomday.com   de devenir membre, et de promouvoir ainsi ce mouvement. Déjà 2 343 018 élèves et 19 800 écoles sont engagés à travers le monde.

Sylvie Jarlov

  • 100 degrés est une initiative de “Québec en forme”, qui rassemble une communauté de personnes engagés dans la promotion de saines habitudes de vie chez les jeunes. Il s’agit d’un espace d’échange et de partage à la fois réel et virtuel…

Categories: Non classé

1 Comment

Kidi Bebey · 6 décembre 2017 at 15 h 13 min

Le fait même qu’une journée dédiée à sensibiliser à l’idée d’un apprentissage en lien avec l’extérieur, en lien avec la nature, en dit long sur la réduction actuel du temps de contact des jeunes avec la nature. C’est aussi une leçon pour nous, adultes, qui nous perdons souvent dans le chahut et le stress des villes, en finissant par croire que la vie n’est faite que de cela…

Répondre à Kidi Bebey Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *