Je suis tombée récemment sur un ouvrage de VladimirJankélévitch traitant de l’Aventure, « L’aventure, l’ennui, le sérieux », et ai trouvé intéressant la manière dont il distingue l’aventurier de l’aventureux:L’aventurier est un professionnel des aventures… Dans l’aventure innocente et désintéressée, l’aventureux est toujours un débutant”.

Voilà nos deux semaines de camp d’été achevées et nous pouvons dire que nos petits jardiniers, entomologistes et naturalistes en herbe ont vécu une aventure de taille pour certains.

Ces deux semaines ont opéré à titre d’expérience, et la joie des enfants en fin de séjour nous a plus que tout récompensés.

Nos plus jeunes aventureux, puisqu’ils débutaient dans cette aventure,  sont arrivés curieux mais timides et silencieux. À 6 ans, se lancer dans un lieu inconnu avec des personnes adultes inconnues et pour un contenu encore plus mystérieux tenait vraiment du bouleversement complet de leur routine.

Les plus âgés ayant à peine 9 ans ont pu expérimenter quelques émotions fortes surtout lorsqu’on ne retrouve pas, pour la majorité, son cercle d’amis habituels comme à l’école.

Comme le dit si bien Vladimir Jankélévitch, dans son ouvrage  : « L’aventure est … extraterritoriale, extraordinaire… ».

Ces enfants sont en effet sortis de leurs limites de sécurité affective , de confort pour affronter un espace différent et vivre des expériences hors cadre: ils ont cherché et tenu des vers de terre au creux de leur main, ont creusé la terre avec leurs doigts pour repiquer des graines de haricots, ont construit des abris à insectes avec des écorces et autres débris végétaux, et ont appris à identifier les fleurs de carottes puis à les arracher en pleine terre pour en observer les racines.

Les familles qui nous ont confié leur enfant ont, elles aussi, osé l’aventure car comme je le disais plus haut, nous nous lançons à peine dans ce projet, et ils ne nous connaissaient pas en tant qu’éducateurs.

Quant à nous, après des années d’enseignement dans un cadre certes à adapter à chaque établissement scolaire où nous arrivions, on peut dire que nous étions dans une certaine routine pédagogique.

Alors pour tromper l’ennui et le sérieux, il nous fallait tenter une nouvelle aventure, celle de l’Academy. C’est le tout début et c’est ainsi que nous pouvons dire, toujours selon Jankélévitch, que nous sommes des aventureux.

« Le temps de l’aventure, c’est l’avenir qui se caractérise par son indétermination.», dit-il. Nous  ne savons pas encore où ce projet nous mènera, mais il est certain que toute la réflexion qui l’a précédé nous a nourris et forcés à nous emparer de notre vie avec force et énergie.

Et si une aventure doit servir à « passionner le temps », c’est pour l’instant mission réussie.

 

 


0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *